[./mauricio_pag_1.html]
[mailto:buragliamauricio@wanadoo.fr]
[./biographie.html]
[./discographie1.html]
[./le_luth.html]
[./repertoireprogramme.html]
[./articles2_cd_weiss_.html]
[./page_1pieces_de_luth_photos_buraglia.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Mauricio BURAGLIA    luthiste - théorbiste -
instruments

                        Hispanica Lyra (Revue de la Société de la Vihuela), Novembre 2010

Sylvius Leopold Weiss
Suites en do mineur et fa# mineur Manuscrit de Dresde
Mauricio Buraglia Laud barroco
Société Française de luth, SFL 1004-2010-70.49’

Plusieurs éléments sont a distinguer dans cet enregistrement dédié au grand Maître ("magicien" pourrait-on dire) du luth baroque.
En premier lieu, notre attention est attirée par le fait qui il est produit par La Société Française de Luth, que l'on tient à féliciter d’avoir conquis ces contrées culturelles isolées, et de façon si brillante. Cette réalisation montre une fois de plus la solidité d'un projet en marche depuis des décades avec une énergie et une audace dignes d'un tel défi.
On peut dire peu de choses de Sylvius Leopold Weiss que l’amateur de ce répertoire ne connaisse déjà . Dans ses mains, le luth devient un outil sublime pour sa composition et son interprétation, qui amène le luth aux plus hauts sommets.
Les deux suites extraites du manuscrit de Dresde, la première en do mineur et la seconde en fa dièse mineur sont des œuvres de la période de maturité représentatives de l'apogée de Weiss, profondément inspirées, passionnément construites et où l’on retrouve le cantabile italien si utilisé dans le style germanique de l’époque.


L’interprétation de Buraglia est excellente. Le luthiste nous offre un festival de sens polyphonique et une riche palette d’ornements, si nécessaires à ce répertoire dont la subtilité est un des principaux protagonistes.
Cette musique, dont la difficulté technique est très élevée, coule à travers ses mains qui nous transmettent sa compréhension et sa capacité technique. Le tout réuni fait que l’écoute de ce CD devient une expérience enrichissante et pleine d’émotion.
L’instrument, un très grand luth 13 chœurs construit par Joël Dugot, avec un timbre direct et cristallin, rond dans le registre central, couronne ce délicieux enregistrement.
Nous ne pouvons que féliciter tous ceux qui ont rendu possible cet enregistrement et le recommander à ceux qui désirent être plongés dans les profondeurs et subtilités du plus intime baroque.    

Juan Carlos Ayala

                                                         Lute News Oct 2010

                             Sylvius Leopold Weiss.Suites en do mineur et fa# mineur

                 du Manuscrit de Dresde pour Luth Baroque. Société Française de luth SFL 1004

As the title indicates, this recording consists of two Suites (or Sonatas)
From the Weiss Dresden Manuscript (Mus.2841) played by Mauricio Buraglia.

Buraglia is an extremely accomplished player (Whom I have had the  pleasure to hear playing live on one occasion in Germany),and this recording is delightful in the  quality of sound and in the excellence of both playing and recording.

 Buraglia plays a large13-course lute with bass rider, with a very strong and positive bass sound, and his style of playing exploits this characteristic to maximum effect.

Brief  bibliographic notes are given for both player and composer, but as so often virtually nothing is said of the pieces themselves or their provenance
Both suites are late works, probably composed in the 1740s , and in their style and innovation they probable represent the zenith of the composer’s achievements .They are both in the fully developed later cantabile style.
The first, in C Minor( Ouverture-Courante Assai Moderato-Bourrée-Siciliana-Menuet-Presto),is no.52 in the Smith/Crawford system of numbering.
The second is the only full suite composed by Weiss in F# minor(prelude-Allemande Andante- courante(sic)-bourrée-Sarabande Andante-Menuet-Presto),and is Smith/Crawford No.48.

Both of these suites have been included, and reviewed, in the excellent series of recording of Weiss by Robert Barto on Naxos;
I find it interesting to compare the styles and interpretations of the two players.
Both are equally interesting and valid, but Buraglia plays in a more pensive and possibly introspective way, with generally slower fast movements, making optimum use of the deep resonant bass of the instrument.
We are probably spoilt for choice nowadays with the wide range of recordings of Weiss’ music that are available. But  this one stands in line with the best, and the pieces selected her are certainly amongst the finest.
Peter Cains
  
Presse Cd Weiss