[./mauricio_pag_1.html]
[mailto:mailto:buragliamauricio@wanadoo.fr]
[mailto:buragliamauricio@wanadoo.fr]
[./biographie.html]
[./discographie1.html]
[./le_luth.html]
[./repertoireprogramme.html]
[./page_1pieces_de_luth_photos_buraglia.html]
[./critiques_1.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Mauricio BURAGLIA    luthiste - théorbiste -
Petite histoire du luth 
Oud - luth - laud - liuto - lute - Lauten - alaude.........

Le nom du luth est né du vocable arabe oud (al oud : le bois). Plus tard il donnera le mot "Luthier".

Instrument à cordes pincées ramené par les Arabes à partir du VIIe siècle, il s'est répandu dans toute l'Europe grâce aux Luthiers arabes qui se sont établis partout pendant le Moyen Age.

Pendant la Renaissance, la nouvelle "mode" du contrepoint - c'est à dire la musique à plusieurs voix - incite les luthiers et les luthistes à transformer cet instrument pour pouvoir imiter les chanteurs et jouer à "plusieurs voix". C'est le début d'une évolution du luth dans toute l'Europe.

Au début de la Renaissance, le luth possède cinq ou six cordes doubles appelées "chœurs". A la fin de la Renaissance, on trouve des luths à dix chœurs dans toute l'Europe. Entre 1600 et 1630, avec la naissance de l'opéra, les luthiers vont mettre au point de nouveaux instruments plus grands, avec des basses puissantes, que l'on appelle Théorbe et Archiluth. Toute l'Europe les adoptera pour accompagner la "nouvelle musique" : l'air de cour, l'opéra, les sonates avec Continuo ou Basse chiffrée.

Le luth Baroque à onze chœurs va être "mis au point" par les luthistes français entre 1620 et 1670, avec un accord nouveau en Ré mineur. Il sera adopté par l'Allemagne et les pays de l'Est pour finir en luth à treize chœurs. Ce dernier, bien que déjà tombé en désuétude, connaîtra Haydn et Mozart

instruments